Citroën C-XR Concept : parfum d’Orient

CONCEPT-CAR – Tout à fait dans l’air du temps, le Citroën C-XR ne viendra jamais en Europe croiser le fer avec les Renault Captur et autres Peugeot 2008. Il restera en Chine.


S’il est un segment en vogue, c’est bien celui des crossovers urbains. Depuis deux ans, celui-ci a connu une inflation galopante du nombre de modèles proposés et, par conséquent, des ventes. Sans surprise, chacun cherche donc à se positionner sur ce créneau, un des rares à progresser sur un marché européen en berne. Dès lors, avec ses 4, 26 m de long, le Citroën C-XR semble parfaitement taillé pour nos contrées. Reste que celui-ci ne sortira pas de Chine, pays où il a été dévoilé à l’occasion du Salon de Pékin.

Si Citroën ne compte pas commercialiser le C-XR en Europe, cela tient à plusieurs raisons. La première est que les Chevrons viennent de lancer en grande pompe le C4 Cactus, un modèle équivalent parfaitement adapté à nos contrées. A contrario, ce dernier n’aurait sans doute pas convenu aux Chinois, faute d’un look assez baroudeur ou assez statutaire. PSA a certainement en tête l’expérience du Peugeot 3008, au style pas assez typé SUV pour la clientèle locale. Résultat, celui-ci a été restylé d’une manière totalement différente en Europe et en Chine.

La deuxième raison est technique. Pour s’adapter au marché chinois, le C-XR reprendra dans sa version de série (il ne s’agit à l’heure actuelle que d’une maquette pleine) les dessous de la C-Elysée, dont il reprend l’empattement de 2,65 m, en plus des portes avant et du capot. Il s’agit donc d’une plateforme de citadine d’ancienne génération, certainement pas en ligne avec l’état de l’art d’un segment où la bataille est rude. Il semble donc logique que les Chevrons préfèrent s’abstenir plutôt que de proposer en Europe un modèles aux prestations moyennes, qui pourrait griller les chances de la marque sur le segment. En clair, PSA ne veut pas commettre la même erreur que Ford, qui a lancé un EcoSport dont la finition et le style ne correspondent pas aux attentes du marché.

Enfin, une question de coût entre en jeu. Demande du gouvernement chinois oblige, Citroën sera contraint de fabriquer ce modèle en Chine, avec son partenaire historique Dongfeng (la marque étant par ailleurs associée à ChangAn pour les modèles DS). Importer ce modèle en France serait ruineux en termes de logistique et lancer en Europe la fabrication de ce modèle qui cannibaliserait le C4 Cactus n’aurait pas plus de sens. En toute logique donc, le C-XR demeurera un modèle chinois pour les Chinois, qui apprécieront son quatre-cylindres essence turbo 1.6 THP de 160 ch, bien peu adapté à notre marché.

« Cliquez ici pour lire l’article depuis sa source »


1165 vues1 réactions
  1. Nice response in return of this question with firm arguments and explaining all regarding that.