Suite à une baisse des ventes en 2013, les concessionnaires auto ont le moral en berne

Newly arrived Korean made KIA Sorento SUVs are seen parked at the port of Manila

Les concessionnaires auto n’ont plus le moral. La cause ? Leurs ventes durant l’année 2013 sont en baisse. Ils ne sont plus dans la joie de 2012,année durant laquelle, le volume des ventes avait atteint des niveaux très appréciables. Refoulant mal leur déprime pendant plusieurs mois, les concernés ont fini par libérer leur spleen sur la place publique.Allant jusqu’à annoncer de très probables fermetures.Intentions réelles ou volonté de mettre pression sur le gouvernement pour un retour au crédit à la consommation ? Pour l’heure, les chiffres alimentent fortement les appréhensions des concessionnaires. Non seulement on ne croit plus pouvoir rééditer le boom de 2012, mais on craint plutôt sur ce que sera le marché automobile durant 2014. Le président de l’Association des concessionnaires automobiles algériens (AC2A), ne se drape pas derrière des prévisions clairement pessimistes. « Des concessionnaires auto vont fermer en 2014 », a-t-il déclaré, sur un ton d’alerte, lors d’un forum, sans pour autant pouvoir émettre une explication économique à cette tendance qui ne rassure guère l’avenir des concessionnaires.

Maintenant que le constat est établi sur cette tendance baissière des ventes, les concessionnaires sont visiblement à la recherche de mesures de nature à relancer le marché. Une lecture revient néanmoins chez la majorité des acteurs du secteur. Elle consiste à présenter le retour de l’AADL, la formule publique de l’acquisition d’un logement,comme le facteur principal ayant freiné la vente des voitures. Pour le président des concessionnaires, « certes, ce facteur aurait très certainement pesé, mais dans une proportion minime». Le directeur général de Hyundai Motors Algérie, M. Pierre VIERENDEEL, n’adhère pas à cette explication. Pour lui, « le fait que les citoyens s’orientent vers le logement et l’immobilier a sensiblement rétréci le volume des vente des voitures». Raison pour le gérant de HMA d’exprimer ses faveurs pour un retour du crédit à la consommation supprimé par les autorités algériennes dans l’objectif de brimer les importations automobiles. Le gouvernement va-t-il répondre favorablement aux vœux des
concessionnaires ? Rien ne prédit un tel scénario pour l’heure. En attendant, les concessionnaires autos sont contraints à accorder des remises, dit-on, conséquentes, pour
amortir la croissance des méventes. Cette option de conjoncture est d’ores et déjà en marche, comme l’illustre l’ambiance du 13ème Salon de l’automobile de l’ouest qu’abrite la ville d’Oran jusqu’au 21 décembre.


1564 vues2 réactions
  1. ILs ont le moral en berne mais ils continuent à berner les algeriens!!!!!!!!!!!!!

    une vidange obligatoire a 10 000 km a 1% du prix du vehicule!!!!!!!

    sur une année l’entretien coute pres de 7 % min du prix d’achat

  2. brahimdeltoros sur 12 mai 2014 @ 8 h 39 min

    Alors qu’en dehors des concessions, avec 10 000 Da tu pourras faire la totale!
    Tout ça a cause de la garantie…