Fiabilité, technicité et savoir-faire sochaliens

peugeot

La marque Peugeot demeure en Algérie la plus présente sur nos routes. Vous n’avez qu’à prendre la route à destination des grandes villes comme Sétif, Tizi Ouzou ou Oran pour vous rendre compte qu’une Peugeot 505 break de 1985 roule toujours, qu’une Peugeot 404 des années 70’ est toujours «debout».

Aujourd’hui, d’autres modèles ont fait leur apparition et continuent d’attirer le client algérien, à l’instar de la 208, la 301 ou encore la best-seller de la marque, la Peugeot 308. Et c’est dans le but de découvrir le processus de développement et de fabrication des véhicules «made in Sochaux» que nous fûment invités par le staff de Peugeot Algérie à un voyage à destination du pôle automobile de la France depuis la fin du XIXe siècle et début du XXe, à savoir la commune de Montbéliard, là où se situe le berceau de l’industrie automobile française. Le site industriel PSA Peugeot-Citroën de Sochaux demeure aujourd’hui le plus ancien site automobile toujours en activité.

C’était l’occasion pour les journalistes algériens de découvrir le processus de fabrication d’une 308 cross-over 3008, ou encore la DS5 dès lors que l’usine fabrique aussi pour le compte de la seconde marque du groupe PSA, à savoir Citroën. Et c’est en compagnie de notre guide, Nicole Killherr, 41 ans de service chez PSA (elle prendra sa retraite en cette fin d’année), de Pierre Foret, DG de Peugeot Algérie, et de l’infatigable Marc Bocqué, chargé de la communication et des relations extérieures de PSA Peugeot, que nous entamons notre visite de l’usine. Les chaînes de production de l’usine tournent 21h sur 24. Les heures restantes de la journée sont consacrées aux opérations d’entretien des équipements multiples.

Sur les 2000 robots de l’usine, 1700 sont affectés aux ateliers de ferrage. «L’usine compte quatre ateliers géants, où les équipements sont de plus en plus compacts», nous informe notre guide, une véritable encyclopédie ambulante au fait du moindre détail de la marque automobile Peugeot. Fondé en 1912 par Arnaud Peugeot, le site assure aujourd’hui la production de six silhouettes de la marque Peugeot : 308 nouvelle génération, 308 SW, 308 CC ancienne génération, le cross-over 3008, et le monospace compact 5008, ainsi que la DS5 de Citroën

170 000 «308» facturées

Site de production, mais aussi site de recherche et développement, c’est en effet à Sochaux que sont développés les futurs véhicules de la plateforme 2. Ils sont également testés grâce aux moyens d’expérimentation implantés à quelques kilomètres de là, sur le centre de Belchamp. Situé en plein cœur de l’agglomération de Montbéliard de 120 000 habitants, le site de Sochaux s’étend sur 259 hectares et produit chaque jour quelque 1600 véhicules dont 902 du modèle 308.

«De décembre 2013 à ce jour, quelque 170 000 ‘‘308’’ ont été facturées à l’usine de Sochaux où elles sont exclusivement fabriquées», affirme Jean Philipe Lamy, responsable de projet. Au niveau des ateliers d’emboutissage, ce sont pas moins de 750 tonnes d’acier et d’aluminium qui sont transformées quotidiennement pour «façonner» les pièces composant la carrosserie du véhicule. Partant d’une bobine de tôle, d’impressionnantes presses découpent puis emboutissent la tôle pour obtenir la forme souhaitée.

Aux ateliers de ferrage, les robots exécutent un véritable ballet pour assembler 400 pièces de tôle en procédant à 4500 points de soudure électrique ou par laser. Un contrôle des jeux et affleurements est ensuite réalisé. Quant au processus de montage, c’est au niveau de cette même usine que la caisse devient véhicule. Les caisses peintes serpentent sur plus d’un kilomètre de ligne de montage pour recevoir tous les équipements intérieurs de finition et de confort, et bien sûr les organes mécaniques. Pour certifier la qualité de chaque voiture, 1800 points sont contrôlés en sortie de ligne par des employés de l’usine formés spécialement pour cela. Le véhicule est ensuite testé sur des bancs de roulage.

«Parfois, il est urgent d’attendre »

Cette citation est celle de Pierre Foret, directeur général de Peugeot Algérie, qui la tient de son grand-père. C’est sa réponse, lors d’un point de presse au niveau de l’usine, à une question sur l’installation d’une unité de montage automobile de la marque au lion en Algérie, comme cela a été fait par son concurrent direct, à savoir Renault. L’installation de cette unité sera une obligation d’ici à trois ans (2017), selon les textes du nouveau cahier des charges régissant l’activité de concessionnaire automobile. «Nous ne sommes pas en retard», répliquera-t-il, comme pour dire que le projet est déjà ficelé à un haut niveau. Ce responsable rétorquera pour dire que la marque au lion fera tout son possible pour maintenir sa position sur le marché algérien de l’automobile, d’autant plus que son unité de transformation de Dar El Beida compte «produire» son millième véhicule transformé d’ici la fin de l’année.

«Garder sa position sur le marché Algérie en termes de ventes ne sera pas affecté par la présence et/ou l’installation d’usines par nos concurrents, car nous proposons et continuerons à toujours présenter des produits fiables et de qualité», affirme-t-on chez Peugeot, tout en précisant que la 308 est produite uniquement en France et que 66% des véhicules fabriqués dans l’usine de Sochaux sont destinés à l’exportation.
« Cliquez ici pour lire l’article depuis sa source »


507 vues0 réactions